MADAGASCAR, un pays à rebâtir

MADAGASCAR, un pays à rebâtir  

       Madagascar est né, s'est épanoui et s'en est allé à la dérive à cause des dernières années desatreuses des politiques des anciens gouvernements. Pourtant, chaque génération malgache a rêvé d'un pays indépendant, doté d'une économie forte, épris de justice sociale, fier de sa diversité, de son intégrité, de sa solidarité, de ses compétences. 

Pour un trop grand nombre de Malgaches, ce rêve est devenu un cauchemar. L'économie est en déroute. Le chômage atteint plus de trois quart de la population. Plus d'un million d'enfants sont dans la pauvreté. Le pays possède un taux record de 63% d'analphabètes. De nombreuse institutions nationales sont ébranlées. Le tissu culturel et social s'est affaibli. Le PNB a reculé de 40%. La surface de la grande île a été divisée par deux, son rendement agricole par sept. Chaque années, près de 160 000 hectares de forêts disparaissent. Le pays est aujourd'hui au bord du naufrage économique et ce sont surtout les paysans qui écopent. Pour l'immense majorité des Malgaches, il n'y a pas de lendemain qui chante, seulement l'incertitude du lendemain. Que nous réservera le programme de relance économique d'un prochain gouvernement responsable? Pour la première fois, peut-être des décennies, nos enfants pourraient avoir des conditions moins bonnes que les nôtres. Il y a de quoi s'inquiéter.

        Pour tous les malgaches, pour tous les dirigeants politiques, pour tous les gens d'affaires, pour tous ceux qui tiennent les rênes économiques de notre pays, les prochaines années se résument à une question simple: Quel genre de pays voulons-nous? 

Madagascar devrait être un pays où règne l'espoir plutôt que la crainte. Un pays où tous les Malgaches sont les forces vives plutôt qu'un boulet à traîner. Un pays où les adultes peuvent trouver un travail décent et où les enfants peuvent s'épanouir.

Madagascar devrait être un pays qui a des valeurs collectives. À l'heure de la mondialisation, il devrait appartenir à une collectivité nationale qui réaffirme son originalité. Nos collectivités devraient être les piliers de notre stabilité sociale et notre puissance économique.

Madagascar devrait être un pays qui encourage l'esprit d'entreprise, qui crée des richesses et les répartit équitablement. Une économie qui serait axée sur l'innovation et tournée vers les exportations.

Madagascar devrait être un pays à la fine pointe du progrès technique et qui pourrait importer les technologies du monde entier.

Madagascar devrait être un pays où efficacité et innovation sont les mots d'ordre des pouvoirs publics, qui coopèrent entre eux et avec le patronat, les syndicats, les corps enseignants, les écologistes et les bénévoles.

Madagascar devrait assumer son rôle parmi les pays membres des Nations Unies, un pays qui saurait surmonter les difficultés, qui fonctionnerait bien, que les autres pays pourraient prendre pour modèle.

Bref, les malgaches souhaitent un pays dont ils sont fiers, un pays qui leur donnent foi en l'avenir. Le plan d'action d'un  gouvernement responsable aura pour but de rétablir cette fierté et cette foi.

a-l-ombre-des-cocotiers.jpg

 

Rocky A. Harry RABARAONA

Extrait de "MADAGASCAR, un pays à rebâtir" (essai non publié)

Copyright 1998 © Tous droits réservés 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×